Deux autres journées d’essai épiques ont eu lieu aux troisième et quatrième tours de la Coupe d’Espagne de Classiques 2013

Tenue les 18 et 19 mai à All, La Cerdagne, localité des Pyrénées catalanes

Un bon nombre de coureurs se sont retrouvés pour le deuxième week-end de la Copa de España après les deux jours de Cabrianes. Une très bonne participation des pilotes des îles Baléares, de la communauté valencienne et une poignée de coureurs français qui, malgré ne pas avoir participé à la Coupe d’Espagne, ont profité de la proximité du lieu pour profiter d’une très bonne épreuve.

Pour souligner la présence samedi de quatre grands pilotes classiques: Manuel Soler, Jaume Subirà, Xavier Miquel et Lluís Gallach qui, invités par l’organisation et avec leurs arrières personnalisés, ont décidé de faire la tournée ensemble en offrant au public, Les commandes et les pilotes représentent de véritables moments historiques exécutant autant de zones qu’ils en avaient par commodité.

Manuel Soler conduisant un Sherpa Bultaco, Jaume Subirà, comme il ne pourrait en être autrement sur le dos d’un Fantic, Xavier Miquel sur un Montesa Cota 242 et Lluís Gallach avec un Merlin DG-350. Le fait qu’ils aient participé sans la pression de la concurrence à la rétrodiffusion numérotée (ils avaient déjà fait leurs zéros dans leur phase professionnelle) les a amenés à s’amuser et à s’amuser du tout.

Nous ne pouvons que souligner la grande sympathie de chacun d’eux, toujours prêt à parler à tous les fans qui viennent à eux et, finalement, à rendre au procès ce que le procès leur a donné.

Il convient de mentionner ces situations qui nous offrent des motoclubs invitant les grands pilotes des temps passés et remerciant tout particulièrement ces quatre étoiles du procès pour leur sympathie, leur écoute de tous, partager leurs anecdotes, leur désir de continuer le procès et démontrer ça “qui avait, retenu”, et il va falloir se retenir!

Et nous parlons d’essai épique à l’état pur pour les conditions météorologiques du week-end, en particulier le samedi, lorsqu’il a plu et qu’il a été emporté. Vendredi soir, la pluie ne s’est pas arrêtée dans la ville de All, mais peu de gens s’attendaient à ce que, dans les hauteurs, toutes ces précipitations se présentent sous forme de neige. C’est la raison pour laquelle l’organisation a été contrainte d’annuler 3 zones (de 7 à 9) qui étaient les plus hautes de la route en raison de l’impossibilité d’y arriver. De cette façon, le trajet a été raccourci de 5 kilomètres, en termes de longueur mais pas de dureté.

Les superbes empreintes de motos de trial classiques dans la neige cachent une concurrence très dure pour les grenouilles qui finissent par provoquer ce qui laisse un terrain très glissant aux pilotes.

Le MotorClub 80, l’organisateur du test, avait marqué des zones de niveaux optimaux, les spécifications de la Coupe d’Espagne 2013 étant vraies, mais la neige et l’eau étaient chargées de compliquer la difficulté des zones. En ce sens, le motoclub de l’organisateur a fait preuve d’une bonne agilité en modifiant certaines zones devenues presque impossibles.

De plus, la grande quantité d’eau qui a coulé à travers les torrents a compliqué un peu plus la situation, même si cela a fait le bonheur des participants. La journée de samedi a commencé avec l’espoir que le temps durait un peu, mais peu après avoir pris la sortie, les premiers pilotes et à mesure qu’ils prenaient de la hauteur commençaient une importante chute de neige qui rendait la conduite difficile, car très peu d’entre eux étaient équipés lunettes en corne L’itinéraire, d’environ 35 km, traversait les villes de All, Isòvol, Ger, Meranges et Bellver de Cerdanya. Atteindre à 1 787 m d’altitude.

Une première zone très proche de la ville avec un accès qui, dans des conditions normales, aurait été facile mais la boue est devenue un petit piège. Le lendemain, l’organisation modifia cet accès de couleur jaune; en vert et en bleu, il était identique puisque la courbe de boue devenait le grand défi de la zone.

Par la suite, deux zones très proches les unes des autres, juste dans la limite de la neige et à partir de là lorsque la route devenait plus haute lorsque la neige devenait plus évidente, ont conduit de nombreux arrêts du pilote à prendre des photos une situation si peu commune et amusante à la fois.

Il suivit l’interzone le long d’une route étroite et longue qui menait à la ville de Meranges, avec les incessantes chutes de neige sur les pilotes… et sur les pauvres contrôles qui retenaient l’eau, la pluie et le froid sans cligner des yeux. Merci à tous car l’essai sans contrôle ne serait pas possible et le contrôle dans ces conditions est très difficile.

Au milieu de la route menant à Meranges, quelques zones supplémentaires, cette fois avec une eau abondante et de nombreuses techniques.

Arrivés à la ville de Meranges, où la rénovation et l’approvisionnement étaient prévus, les pilotes la longent longuement pour remonter dans la zone 10 et regagner Meranges, repassant à nouveau dans la ville pour lancer une longue boucle menant à la les zones 11 à 13, deux d’entre elles étant constituées de torrents avec beaucoup d’eau empêchant presque les pierres de s’apprécier. Peut-être les deux plus belles zones de tout le procès.

Et arrivé avec un arrêt, cette fois-ci, à Meranges, où l’organisation avait planifié la rénovation et l’approvisionnement qui s’était déroulée dans un restaurant de la ville et où les pilotes, assis devant une table avec des nappes et des assiettes et des couverts, Ils pourraient sécher un peu et commenter la première partie de la route. Pour souligner le commentaire de Lluís Gallach, qui a reconnu que c’était la première fois de sa course sportive qu’il voyait comment se déroulait la fourniture d’un essai dans un restaurant.

Une fois plein de pilotes diesel et de motos, il suivit la route et les chutes de neige, faisant face au retour à All pour des pistes en pente et en descente qui faisaient prendre des précautions extrêmes aux pilotes. En arrivant à tous, près du cimetière, trois zones extrêmement éloignées (qui dans la montagne étaient enneigées) devinrent très difficiles causant de nombreux fiascos car il se dressait avec une forte pente ” zéro ou fiasco “.

Et enfin les deux dernières zones du village de All qui ont ravi le public, toutes deux dans des torrents avec beaucoup d’eau.

En ce qui concerne les classements du premier jour en Jaune Classique, la victoire de José María Martínez Anaya aux commandes de son Triumph Tiger Cub, suivie de Xavier Mirabet et de Rafael Sanromà à la troisième place. José María et Xavier ont tous deux un coefficient de 0,7 et les 7 points de Martinez l’élèvent au plus haut niveau du podium. Miravet a été pénalisé avec 10 et a terminé deuxième. Pour sa part, Rafael avait un coefficient de 0,85 et ses 17 pieds l’ont amené à la troisième place.

Dans Essais verts, Xavier Ribot a surpassé ses rivaux de la catégorie et était le meilleur avec 15 points et un coefficient de 0,7. José Buixó était derrière Ribot et a été pénalisé de 19 points. Joan Farrés était le troisième pilote classé à terminer la journée avec 17 points en raison de son coefficient 0’85 et de ses 20 pieds.

Ramón Membrives, Salva Vilella et Joan Rovira étaient sur un podium semi-catalan samedi dans la catégorie Experts Blaus. Ramon a compté sur un coefficient de 1’3 et ses 15 pieds l’ont fait grimper à la première place. Salva a fait un excellent travail car il avait un coefficient élevé. 1’15. Il a marqué 18 points et a remporté le deuxième trophée classé. Joan avait un faible coefficient (0’7) mais il restait 33 pieds restants.

Et avec cela a pris fin la journée de samedi, en espérant de la part des pilotes et des contrôles que la journée de dimanche serait plus calme sur le plan météorologique. Et quelque chose de plus silencieux, même si les chutes de neige se sont répétées au milieu de la matinée, mais pas beaucoup avec l’intensité de la journée précédente.

L’organisation a modifié certaines zones et certaines accessions presque impassables la veille par la neige et la pluie, ce qui a permis de réduire suffisamment la difficulté des zones et, par conséquent, les scores.

La grande majorité des pilotes ont conclu que même avec de l’eau de pluie et de la boue, ils allaient passer un bon moment et qu’il s’agirait d’un essai inoubliable, car dans le même essai, il y avait du soleil, de la pluie, de la neige, des zones des roches, des zones de terre avec des torsions, des zones de boue, des zones de beaucoup d’eau… Tout en un.

Pour souligner la présence de ce second jour, hormis Manuel Soler, Jaume Subirà et Xavier Miquel (Lluís Gallach ne pouvait rester pour ses engagements professionnels en tant que routard d’Albert Cabestany) la présence de Jordi Tarrés qui se rend Participer aux contrôles d’un Bultaco Sherpa, en démontrant qu’il ya beaucoup d’essais avec une moto moderne ou classique.

En ce qui concerne les résultats de la journée de dimanche, José María Martínez Anaya est revenu à la victoire avec un total de 5’60 points. Rafael Asins a terminé deuxième avec 10’20 et Francisco Salmerón troisième avec 11’50. José Buixó a remporté la victoire dans les essais de Verts. Il avait un coefficient de 0,7 et les 14 pénalités ajoutaient 9’80 points. Joan Farrés a terminé deuxième avec 13’60 et Francis Ramon troisième avec 13’80.

Enfin, chez Bleu Experts, sur le même podium de la veille, mais avec changement de gradins, Joan Rovira, Salva Vilella et Ramón Membrives ont été classés dans les trois premières places. Joan a ajouté 10’50 points, enregistre 12’65 et Ramon 13’00.

Et avec la remise des prix au Celler d’All, en présence de Manuel Soler, Jaume Subirà et Xavier Miquel, restés jusqu’au bout pour participer à la remise du trophée, cette nouvelle édition des deux journées d’essai s’est terminée de tous, un test qui a déjà une place réservée dans le calendrier de nombreux essais classiques.